Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET)

GRAND LAC LANCE SON PLAN CLIMAT AIR ÉNERGIE TERRITORIAL (PCAET)

► 5 objectifs :

Concrètement, il s’agit d’élaborer un plan d’actions concret, visant tout à la fois à :

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre
  • Se préparer au changement climatique en cours
  • Renforcer la sobriété énergétique,
  • Développer les énergies renouvelables
  • Améliorer la qualité de l’air

► Une obligation

L’élaboration de ce Plan Climat est une obligation pour toutes les intercommunalités.

► Une opportunité

Grand Lac a décidé de saisir cette occasion pour agir, véritablement, face aux enjeux qui menacent la Planète… et notre territoire. Elle souhaite faire de cet exercice une démarche porteuse, ambitieuse, innovante et participative.

► Une démarche construite avec tous

Le PCAET de Grand Lac sera donc « coconstruit » avec tous : les associations, les agriculteurs, les entreprises, les partenaires institutionnels de l’Agglomération… et tous les habitants.

►  Trois   premiers   temps   forts,   pour  lancer   le   Plan Climat :

Trois grandes réunions publiques de lancement se sont tenus :

  • Le 12 mars, à 19h00, à RUFFIEUX à la Salle Polyvalente, Route des Vignes, chef-lieu
  • Le 13 mars à 19h00, à AIX-LES-BAINS au Centre des Congrès, Rue Jean Monard
  • Le 14 mars, à ENTRELACS (Albens) à la Salle d’animation, 100 Rue du Collège

►  Participez aux ateliers

UN PLAN CLIMAT : POURQUOI ?

Le changement climatique n’est pas un fantasme, il a déjà commencé.

► Au niveau mondial :

  • Au XXe siècle, la température moyenne du globe a augmenté d’environ 0,6°C (et celle de la France métropolitaine de plus de 1°C). ■ La décennie 2002-2011 est la décennie la plus chaude depuis le début des mesures instrumentales, en 1850. ■ Jamais l’atmosphère n’a contenu autant de gaz à effet de serre. ■ Le niveau des mers s’est déjà élevé de 10 à 20 cm au cours du XXe siècle.

► Nous observons déjà des conséquences de cette évolution :

  • En France, la date des vendanges a avancé de 3 semaines depuis 1945. ■ La fonte des glaciers alpins s’emballe (-25% de superficie entre 2003 et 2015). ■ En 1968, il n’y avait aucun couple d’oies cendrées qui hibernait en France. Il y en a aujourd’hui près de 20 000. ■

► Dans le pire des scénarios, si rien n’est fait, le territoire de GRAND LAC risque de connaître :

  • Une température moyenne annuelle de 15,4°C, en 2100 – soit la température moyenne annuelle des Baux de Provence de nos jours – contre 11,3°C actuellement à en 2100. ■ 46 jours de vague de chaleur par an, contre 6 actuellement (jour de chaleur = + 5°par rapport à la moyenne, pendant au moins 5 jours consécutifs)

► Or les conséquences du changement climatique risquent de menacer fortement nos sociétés, avec :

  • Une forte érosion de la biodiversité (20-30% des espèces seront exposées à un risque accru de disparition si la température augmente de 1,5 à 2,5 degrés. Si ce chiffre devait atteindre 3,5, le pourcentage grimperait à 40-70%.). ■ Des problèmes de santé publique.  ■ Une baisse des rendements agricoles (des études montrent que « chaque augmentation d’un degré Celsius de la température moyenne dans le monde réduit d’environ 6% le rendement du blé ». Pour le riz, la baisse serait de 3,2% et pour le maïs de 7,4%.) ■ De forts déplacements de population ■ Des aléas climatiques.

 

Le PCAET, avec vous

 La démarche est participative : les acteurs et les citoyens interviennent pour partager le diagnostic et définir la Stratégie d’actions, lors de plusieurs ateliers. Ce Plan doit être votre plan, pour construire

 ► ÉTAPE 1 . LA RÉALISATION D’UN DIAGNOSTIC TERRITORIAL « CLIMAT, AIR ET ÉNERGIE »

  • Diagnostic des émissions de Gaz à effet de serre Diagnostic territorial des émissions de polluants ● Diagnostic territorial de la séquestration nette des sols, en CO2 ● Diagnostic territorial des consommations énergétiques ● Diagnostic territorial des réseaux d’énergie ● Diagnostic territorial de la production d’énergies renouvelables. ●Vulnérabilité du territoire au changement climatique.

► ÉTAPE 2. MOBILISATION ET PARTAGE DU DIAGNOSTIC

  • Une réunion Associations ; une réunion Entreprises ; trois réunions Agriculteurs. Une campagne de communication ● Les 12, 13 et 14 mars, trois réunions de mobilisation du grand public ● Création d’une instance de concertation (Club climat) réunissant les acteurs et les citoyens volontaires
  • 5 ateliers numériques, 1 atelier physique de partage du diagnostic.

► ÉTAPE 3. ÉTABLISSEMENT D’UNE STRATÉGIE TERRITORIALE SUR LE CLIMAT, L’AIR ET L’ÉNERGIE

  • Déclinaison de la stratégie pour le territoire Analyse prospective du territoire ● Concertation avec les élus ● Production de 2 scénarios stratégiques ● Évaluation économique de l’inaction ● Choix d’un scénario ● Finalisation de la stratégie territoriale ● Partage du scénario stratégique au Club Climat (6 ateliers thématiques) ● Analyse du bilan de la concertation.

► ÉTAPE 4. STRUCTURATION ET ÉLABORATION DU PLAN D’ACTIONS DU PCAET

  • Étude des impacts et de la faisabilité des actions Hiérarchisation des actions ● Proposition d’un plan d’actions.

► ÉTAPE 5. CONCEPTION ET MISE EN PLACE D’UN DISPOSITIF DE SUIVI ET D’ÉVALUATION DES ACTIONS DU PCAET

  • Des indicateurs coconstruits. Élaboration personnalisée des outils de suivi.

► ÉTAPE 6. ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE

  • Analyse des effets du PCAET sur l’environnement Définition de mesures compensatoires ● Organisation de la mise en place et du suivi.

 

Le  Plan Climat Air Énergie Territorial  – offre des avantages à chacun

 ► Pour les collectivités :

  • Allègements de dépenses (optimisation budgétaire, réduction de la facture énergétique), nouvelles ressources financières par l’exploitation des nouvelles énergies.

► Pour les habitants :

  • Réductions de charges d’énergie et amélioration du confort de leur logement ; meilleure qualité de vie ; préservation de la biodiversité, environnement apaisé, réduction des temps de déplacements, bénéfice santé (amélioration de la qualité de l’air, diminution de l’exposition au bruit).

► Pour le territoire :

  • Meilleure maîtrise énergétique, véritable dynamique pour l’économie locale et l’emploi, réduction de la vulnérabilité au changement climatique ; renforcement de l’attractivité du

 

Le Plan Climat : une vision dynamique pour de nouvelles énergies

► Le Plan Climat doit s’articuler avec une démarche TEPOS : Territoire à énergie positive.

  • Pour le territoire : la démarche engagée doit s’accompagner d’une étude volontariste, et d’actions innovantes, pour développer autant que possible les nouvelles énergies (eau, vent, soleil, etc.).
  • Une première étude a mis en lumière un très fort potentiel du territoire de Grand Lac pour ces nouvelles énergies.

 

 

Un Plan inclus dans une stratégie nationale

 Le PCAET doit être en phase avec les grands textes mondiaux, nationaux, régionaux.

 ► Depuis la COP21 en 2015, l’Accord de Paris a fixé de nouvelles exigences.

  • Objectif : ne pas dépasser une croissance des températures de + 2°C au niveau

► Pour la France, en 2030, la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) fixe le détail des objectifs à atteindre.

  • Réduction de 40% des émissions de GES par rapport à 1990. Dont, par secteur : Transport : – 29% – Bâtiment : – 54% – Agriculture : – 12% – Industrie : – 24% – Déchets : – 33%
  • Réduction de 20% de la consommation énergétique par rapport à 2012
  • Accroissement de la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie (objectif : 32% en 2030)

► Chaque échelon territorial doit ensuite contribuer à cette stratégie.

  • La Région élabore le Schéma Régional Climat-Air-Énergie (SRCAE)    –    bientôt   le « SRADDET »  (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) – et joue le rôle de chef de file dans le domaine de l’efficacité énergétique.
  • Les EPCI à fiscalité propre traduisent alors les orientations du ou des SRCAE sur leur territoire par la définition de Plan Climat Air Énergie Territoriaux (PCAET)
  • Le PCAET est mis en place pour une durée de 6 ans. L’échéance d’application est le 31/12/2018 pour les EPCI de plus de 20 000 habitants (les EPCI de plus de 50 000 habitants avaient jusqu’au 31/12/2016).

Grand Lac lance un grand programme de développement durable : un Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET). Pour polluer moins, faire face au changement climatique, réduire nos consommations énergétiques – et ainsi préparer un avenir meilleur pour tous.

Bien sûr, ce projet n’a de sens que s’il est construit avec vous.

Ce Forum est donc ouvert à toutes et à tous, pour proposer, échanger… et élaborer ensemble ce programme, qui dessinera notre avenir. Mais aussi pour se rencontrer, de façon conviviale ; afin de construire un territoire plus respectueux de l’environnement.
Bienvenue, installez-vous… http://www.forumpcaet-grand-lac.fr/